Vivre avec un trouble digestif; l’approche FODMAP.

par | Sep 24, 2019 | Bien-être, Tous les articles | 0 commentaires

Merci à mon amie Cora d'avoir écrit cet article sur mon blog. Comme moi, elle vit des troubles digestifs. Elle a testé l'approche FODMAP; une approche qui l'a grandement aidé ! J'espère que si vous vivez aussi des troubles digestifs au quotidien, cet article vous donnera une lueur d'espoir !

Il y a environ deux ans, j’ai commencé à avoir des douleurs abdominales après certains repas. Les inconforts variaient selon les jours. Parfois, pendant quelques jours tout allait bien, puis ça revenait. Au départ, c’était une sensation semblable à un sentiment d’avoir trop mangé. Pourtant, je mangeais les mêmes portions que d’habitude. C’était désagréable, mais supportable. Mais plus le temps avançait et plus c’est devenu problématique. Dès que je mangeais un repas un peu plus gras, que je me gâtais en allant au restaurant ou encore que je buvais de l’alcool, les douleurs étaient encore plus présentes. Je me suis donc mise à associer les sorties au restaurant ou les soupers entre amis, à des évènements qui allaient me causer des maux de ventre. Probablement qu’inconsciemment cette association me causait du stress et ne faisait qu’empirer mes douleurs.

J’ai enduré cela pendant près de deux ans, jusqu’à ce que mes proches me fassent remarquer que je devais faire quelque chose, que ce n’était pas normal. Je ne savais plus quoi faire. C’était devenu presque insupportable. Était-ce parce que je mangeais trop? Pourtant, je ne prenais pas de poids et mon entourage me disait que je mangeais peu… J’ai commencé à lire sur Internet pour essayer de comprendre ce que j’avais. Mais tout ce que je lisais revenait au même, avoir une saine alimentation et être actif physiquement était la meilleure façon de remédier ou d’éviter les inconforts digestifs. Mais j’avais déjà un mode de vie très sain. Après quelques consultations avec mon médecin, elle m’a recommandé de rencontrer une nutritionniste. On a tout d’abord essayé quelques modifications à mon alimentation, mais aucun changement significatif ne s’est produit. Puis lors de la seconde rencontre, nous avons essayé de tester la diète FODMAP.

LA DIÈTE

de la seconde rencontre, nous avons essayé de tester la diète FODMAP.

Cette diète a pour but de soulager les symptômes reliés au syndrome du côlon irritable (SCI). Ce syndrome perturbe le fonctionnement de l’intestin et entre 15 % à 20 % des Canadiens le développeront au courant de leur vie. Ces symptômes peuvent être des ballonnements, des gaz, des diarrhées, de la constipation, des douleurs abdominales, etc. Il s’agit en fait de diminuer l’apport en glucides fermentescibles, pendant une certaine période de temps. L’acronyme FODMAP regroupe le nom de ces types de glucides, soit :

F : Fermentescibles

O : Oligosaccharides (fructanes et galacto-oligosaccharides)

D : Disaccharides (lactose)

M : Monosaccharides (Fructose)

A : And

P : Polyols (Sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol)

PREMIÈRE ÉTAPE

Cette diète se déroule en trois étapes. Tout d’abord, la phase1 consiste à retirer les aliments riches en FODMAP de son alimentation pendant une période pouvant aller jusqu’à six semaines.

Ces aliments sont par exemple :

Céréales : Blé (pâtes, son, farine, germe), amarante, couscous, gruau instantané, farine de kamut, farine d’orge, etc.

Fruits : Abricot, pomme, poire, datte, pruneau, pêche, mangue, cerise, nectarine, etc.

Légumes : Ail, oignon, maïs, asperge, chou-fleur, betterave, courge Butternut, pois mange-tout, etc.

Laits et substituts : Tout ce qui contient du lactose, certains fromages sont plus faibles en lactose et peuvent donc être consommés. Le lait, le yogourt, la crème, le babeurre sont donc à éviter. Les boissons d’avoine, de soya et de noix de coco sont également riches en FODMAP.

Noix : Amande, cajous, pistache, etc.

Légumineuses : Tofu soyeux, haricot, pois chiche, gourganes, etc.

Autres : Kombucha, mélasse, thé, certaines tisanes, certains alcools, miel, etc.

LA DEUXIÈME ÉTAPE

La seconde étape est une étape de test. Chaque groupe de glucides est réintégré, un à la fois, afin de percevoir quels glucides provoquent des symptômes.

LA TROISIÈME ÉTAPE

Finalement, la dernière étape consiste à réintégrer complètement les FODMAP n’ayant pas causé d’inconfort, de façon progressive.

Il est important de mentionner que cette diète devrait être suivie sous la supervision d’un professionnel de la santé, puisque celle-ci est assez complexe et pourrait entraîner des carences alimentaires, sans un accompagnement adéquat.

Bref, on constate que c’est une diète qui n’est pas à suivre à la légère si l’on veut des résultats concluants. Ainsi, tous ses repas doivent être structurés et réfléchis. J’ai dû terminer plein de nourriture que j’avais préparée, avant de commencer la diète. Il m’a fallu faire une épicerie spéciale avec les feuilles d’aliments faibles et riches en FODMAP que ma nutritionniste m’a donnée. Le « avant » la diète est presque aussi complexe que le « pendant ». C’est de la préparation. Avec des sources fiables fournies par ma nutritionniste, j’ai dû changer mes recettes fétiches, car elles n’étaient plus adaptées à mon régime. Pour moi, c’était tout un bouleversement ! Changer mes petites habitudes n’est pas chose facile.

J’ai dû expliquer à mon entourage que pendant quatre semaines il me serait presque impossible de manger à l’extérieur de chez moi, car quel plat ne contient pas d’ail et d’oignon? C’est un réel défi d’appliquer la diète pendant les vacances d’été. J’avais l’impression de me restreindre. Un souper au restaurant? Une crème glacée? Un verre sur une terrasse? Ce n’était pas possible pour moi… Toutefois, j’étais prête à tout pour essayer de diminuer mes maux de ventre.

Au moment où j’écris ces lignes, j’en suis à la fin de la phase1. J’ai passé au travers de ces quatre semaines et je peux affirmer que dans mon cas, la diète FODMAP a réellement permis de réduire mes symptômes. 75 % des personnes atteintes du syndrome du côlon irritable verront leurs symptômes diminués grâce à cette approche. Des modifications autres qu’alimentaires peuvent également aider les gens souffrant du SCI, tel qu’apprendre à gérer son stress et son anxiété, cela peut être par le biais de la méditation, par exemple, ainsi qu’intégrer l’activité physique à son quotidien.

J’ai grandi avec ce régime. Je peux affirmer qu’à long terme, suivre un régime n’est pas sain. Dans mon cas, c’était nécessaire, toutefois, j’ai pu voir l’impact qu’a l’adoption d’un régime quelconque sur mon quotidien. Se restreindre à profiter des petits plaisirs de la vie, tels qu’un bon repas dans un restaurant que l’on voulait découvrir depuis longtemps, ou encore de déguster une bière à la microbrasserie du coin, lorsqu’on est en vacance, ce n’est pas apprécier les petits bonheurs du quotidien. Et qu’est-ce que la vie si l’on ne peut pas se laisser aller de temps en temps et se faire plaisir?

CONSEILS POUR BIEN VIVRE LE RÉGIME FODMAP

  • Se trouver des recettes intéressantes de collations et de repas faibles en FODMAP.
  • Toujours traîner sur soi une liste d’aliments faibles en FODMAP au cas où vous devriez. acheter quelque chose sur la route.
  • Prévoir des collations lorsque l’on fait des sorties.
  • Recevoir chez soi plutôt que d’aller souper à quelque part, comme cela vous avez le contrôle sur le repas.
  • Sélectionner des aliments qui sont permis, que vous aimez et qui s’incorporent facilement dans des sautés, des salades, comme cela vous ne serez jamais mal pris.
  • Surtout, dites-vous que ce n’est que temporaire et essayez d’en tirer du positif !

Bibliographie

Extenso. (2014). L’approche FODMAP pour les symptômes gastro-intestinaux. Repéré à https://www.extenso.org/article/l-approche-fodmap-pour-les-symptomes-gastro-intestinaux/

Extenso. (2016). Le syndrome du côlon irritable. Repéré à https://www.extenso.org/article/le-syndrome-du-colon-irritable/

Goulet, C. (s.d.). La FODMAP et ses étapes.

Goulet, C. (s.d.). Aliments riches en FODMAP.

Zubiria, L. (2018). Régime FODMAP pour le syndrome de l’intestin irritable. Repéré à https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=diete-fodmap